"Si vous avez l’impression que vous êtes trop petit pour pouvoir changer quelque chose, essayez de dormir avec un moustique… et vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir." Dalaï Lama


Je suis à la fois fonctionnaire et agriculteur.

J’aurais pu me contenter d’être uniquement fonctionnaire et bien vivre de mon salaire mais depuis 1993, j’ai décidé de sauver des chevaux de la mort.

J’ai d’abord sauvé une jument, puis une dizaine de chevaux, …

Pour réussir mes sauvetages, j’ai commencé par acquérir, en 1993, une petite ferme avec 6 hectares à proximité d’Orléans (45) sur la commune de Chanteau. La commune de Chanteau après m’avoir donné son accord, n’a plus vu d’un très bon œil cette activité et à tout fait pour me faire partir et ont alors promulgué en octobre 1997, pendant le terme de ma troisième grossesse un arrêté municipal de portée générale, mais qui n’a été envoyé en recommandé qu’à un seul agriculteur de Chanteau (moi):



Avec cette arrêté, j’avais donc le droit d’héberger des chevaux, mais plus le droit de les nourrir. En effet, tous les bâtiments que je venais de finir de construire ou de rénover étaient situés dans ce périmètre de 30m. Compte tenu des conséquences engendrées par cet arrêté, en 2005, je me suis réinstallée en Sologne sur une exploitation agricole de 50 hectares de façon à pouvoir continuer mes actions de sauvetages et donner une fin de vie décente aux vieux chevaux.

Un article est même paru dans le journal de Gien http://auxecuriesdesanglonnieres.fr/18.html

Etant donné que mon salaire ne suffit pas pour faire vivre tout ce petit monde et payer les charges, j’ai développé diverses activités dont une activité de tourisme équestre et d’éthologie dont le revenu est intégralement destiné à faire vivre mon petit monde.

Je peux citer par exemple le cas de Gyvavril, anglo-arabe de 29 ans en bonne santé mais qui n’a qu’une faible masse musculaire. Etant donné qu’il n’était plus montable, son propriétaire avait décider de le faire euthanasier. Le pire c’est qu’un vétérinaire avait accepté de le faire. J’ai convaincu le propriétaire de me le donner et depuis Gyvavril a mené une retraite paisible, puis s'est endormi à tout jamais chez lui, avec ses compagnons.

Actuellement, il m’est très difficile de répondre de manière favorable à toute nouvelle demande d’accueil. Les nouveaux accueils sont réservés aux cas les plus difficiles d'animaux en grande souffrance, ce qui n'est pas facile, car peu de personnes souhaitent avoir un cheval qui ne peut plus être monté.

De nombreux aménagement doivent encore être fait mais les banques ne veulent pas suivre un projet qui n'a pas vocation à être rentable.

Afin que je puisse poursuivre mon action, il est urgent que je trouve des fonds afin de pérenniser mon action, beaucoup de fonds.


Je souhaite des parrains qui accepteront de prendre en charge partiellement ou totalement tous les équidés vieillissant ou non montable qui sont sur ma structure.

Pour que mon action perdure dans le temps, j’ai besoin de votre soutien d’autant plus que compte tenu de ce qui se passe avec l’equitaxe, il va y avoir de plus en plus de chevaux en bonne santé mis au rebut, on va avoir de plus en plus de chevaux en bonne santé qui vont être euthanasié pour raison économique !!!

Ces animaux qui nous ont donné, à nous êtres humains, tant de joie durant leur vie ne doivent pas être assassinés.

Les vieux chevaux, les miens et ceux qui m’ont été confiés, doivent vieillir bien chez eux.

Cela fait maintenant plus de 20 ans que j’offre une fin de vie décente à des chevaux. Aidez moi en parrainant la retraite de ces vieux chevaux car je n’y arrive plus, les charges augmentant en permanence.

Si toi internaute, mon projet te touche mais que tu manques de deniers, sois également le bienvenu pour nous aider lors des différents chantiers que nous organisons.

Au programme béton, bardage, couverture, entretien des prairies et des clôtures, …. le tout dans la bonne humeur et la convivialité, sans oublier les câlins à nos amis chevaux et poneys.

Tous nos animaux peuvent être parrainé, les vieux en priorité, les jeunes, les chèvres, ...